Alliée stratégique

Je suis là pour vous appuyer !

Votre vie va vite ou est un peu... chaotique… (comme la mienne) ? 😊
Mon but, est de vous offrir l’occasion de souffler et de prendre un peu de recul pour structurer un emploi du temps qui vous ressemble et dans lequel vous vous sentirez bien !

Cliquez ici pour en savoir plus!

Accompagnement personnel

Accompagnement corporatif

Valeurs distinctives

  • Accompagnement humain de haut niveau
  • Communication puissante
  • Maîtrise de l’agenda
  • Déploiement des talents

Témoignages

chevron1Chère Mélanie, mes rencontres avec toi sont tellement apaisantes, tellement justes… Tu adresses toujours ce dont j’ai besoin! Mille merci pour toutes ses découvertes sur moi même! chevron2

Marie Pier Jutras

chevron1C’est toujours un plaisir de te voir et de prendre un temps d’arrêt pour faire le point avec toi! Tes propos remettent en perspective mes accomplissements ou me prépare pour ce que j’ai à faire! chevron2

Pierrette Lambert

chevron1Avec Mélanie, j’ai pris du recul. Je planifie mieux mon horaire et prends plus de temps pour moi.chevron2

Michelle Collette

chevron1Merci Mélanie pour l’introspection sur ma carrière, mais aussi pour les actions concrètes qui ont menées à des résultats tangibles. Ton bureau est mon endroit préféré quand je suis un peu dépassée.chevron2

Marie-Pier Petroni

En direct du blogue

01

COVID19 : Structurer l’emploi du temps des enfants pendant le congé forcé !

L’idée de vous battre avec vos enfants au cours des deux prochaines semaines au sujet du temps d’écran vous épuise à l’avance ? 😊

Étant moi-même maman de deux (pré-)adolescents (6ième année et secondaire 1), c’est une des premières choses qui m’est venue à l’esprit lorsque j’ai appris ce nouveau long et imprévu congé (qui survient, faut-il le rappeler, alors que l’on rentre à peine de la semaine de relâche).

Voici le plan que j’ai élaboré au cas où il puisse vous inspirer.

J’ai tenté le plus possible de l’adapter pour qu’il puisse être utile aux parents, grands-parents et gardiens gardiennes d’enfants de tous âges. Il s’agit d’une ébauche. Une base que j’ai bien l’intention de bonifier pour laisser place également à l’improvisation et aux surprises.

Vos commentaires, idées et trucs seraient évidemment très appréciés pour enrichir le partage !

Stratégie #1 :

Établir une routine !

Une routine, plus ou moins structurée, communiquée à l’avance à l’enfant, en fonction de son âge, lui permettra de se donner des repères et donc de se sécuriser.

Autre avantage, une fois établie, la routine (ou l’horaire) fera en sorte que certaines choses devraient se faire plus naturellement sans que l’on ait à répéter continuellement.

Afficher l’horaire de la semaine pourrait aider tout le monde à visualiser un emploi du temps comprenant par exemple :

. Heure du lever (entre 6h et 7h).

. Moment du petit-déjeuner (entre 7h et 7h30)

. Hygiène personnelle (dents, visage, dents, douche si le matin) (7h30)

. Activité au choix (à déterminer) (8h)

. Temps à l’extérieur (9h)

. Collation (9h30)

. Activité au choix (à déterminer) (10h)

. Heure du dîner (11h30)

. Temps à l’extérieur (12h15)

. Activité au choix (à déterminer) (13h30)

. Collation (15h)

. Activité au choix (à déterminer) (15h30)

. Heure du souper (17h)

. Participation aux tâches (17h45)

. Activité au choix (à déterminer) (18h30)

. Hygiène personnelle (dents, visage, dents, douche ou bain si le soir) (20h)

. Bonne nuit de sommeil ! 😊

 

Stratégie #2 :

Ne pas interdire l’écran !

Je ne sais pas vous, mais il m’arrive de m’énerver moi-même à force de répéter toutes sortes de choses négatives à propos de l’écran. 🙂

C’est VRAI que je le trouve parfois (souvent ?) envahissant et que ça me stresse parce que j’ai parfois le sentiment de ne pas avoir le contrôle.  https://www.stresshumain.ca/

Toutefois, chez nous, les messages négatifs au sujet du temps d’écran ne font que braquer mes enfants.

Ils sont donc contre-productifs et éreintants.

Et à mon avis, il a tout à fait sa place dans nos vies.

Voici quelques suggestions…

Pour les tout-petits :

https://www.poissonrouge.com/fr/

Pour les écoliers et étudiants :

http://www.alloprof.qc.ca/

Une émission éducative et ludique à Télé-Québec :

https://zonevideo.telequebec.tv/a-z/580/cochon-dingue

etc.

Et vous ? Avez-vous des coups de coeur à partager ?

Négocier le temps d’écran !

On peut négocier du :

. temps d’écran libre (l’enfant choisit ce qu’il veut faire)

. temps d’écran sélectif (mettre des critères).

On peut aussi, par exemple, dire oui à du temps d’écran à condition que ce soit en anglais, ou en espagnol si l’enfant est en train de parfaire ses connaissances d’une autre langue.

IDÉE :

Pour ma part, plutôt que de limiter le temps d’écran, je vais offrir aux enfants la possibilité de gagner du temps d’écran libre, sélectif ou dans une autre langue.

Pour ce faire, ils devront, par exemple, consacrer un temps équivalent aux activités suivantes ou proposer des activités alternatives :

 

Stratégie #3 :

Proposer des façons de gagner du temps d’écran !

 

  1. Jouer dehors !

Avec un peu de chance, le temps sera suffisamment clément pour que nos enfants aillent se dégourdir à l’extérieur quelques fois par jour.

Pour encourager mon plus jeune, j’imposerai une durée semblable à la durée d’une récréation.

Par exemple : 15 minutes. (Plus long après le dîner)

On peut aussi proposer quelques choses de « cool » au retour.

. Chocolat chaud

. Collation

. Temps avec eux

. Émission, film, jeu (écran) si l’enfant en a suffisamment en banque. 😊

Cela risque d’être plus compliqué pour la plus grande. Je lui confierai probablement les tâches qui demandent que l’on mette le nez dehors (compost, poubelles, recyclages) et lui proposerai de m’accompagner pour les courses ou l’enverrai au dépanneur.

Si nous sommes chanceux et que l’asphalte reste sèche, elle aura peut-être envie de chausser ses patins.

 

  1. Participer à un gros casse-tête !

Idéalement, créez l’espace nécessaire pour poser et laisser en place au cours des prochaines semaines, un casse-tête comportant un assez grand nombre de pièces pour représenter un défi pour tous les membres de la famille tout en tenant compte de l’âge de(s) enfant(s).

Si l’enfant paraît découragé, gérer vos attentes et les siennes en lui verbalisant des défis à la mesure de ses capacités.

Par exemple :

. Donnez-lui a mission de tourner les pièces face vers le haut en lui mentionnant que cela vous aidera beaucoup à avancer dans la tâche.

. Demandez-lui de regrouper les pièces qui ont un côté droit pour vous aider à faire le contour.

. Offrez-lui de mettre de côté les pièces qui ont une couleur en particulier, etc.

. Si l’enfant n’arrive pas à placer une pièce lui-même, aidez-le en approchant une pièce près de l’endroit où vous avez noté qu’elle allait. Demandez-lui s’il pense que cette pièce pourrait s’imbriquer dans le casse-tête à cet endroit.

C’est un excellent apprentissage !

Il s’agit en effet d’un bon moyen d’intégrer l’apprentissage de la technique des petits pas pour atteindre un objectif ambitieux !

Cette technique est l’une de mes préférées pour son efficacité dans la vie de tous les jours et pour les ambitions qu’elle permet de réaliser.

 

  1. Faire de la peinture à numéro !

Comme pour les casse-têtes, on retrouve de la peinture à numéro de tous les modèles et de toutes les tailles, allant de facile à très difficile.

En plus d’être un bon passe-temps il s’agit d’un autre moyen efficace d’intégrer la technique des petits pas comme me l’a fait découvrir une de mes clientes en se procurant une immense peinture qu’elle s’est procuré pour muscler sa patience.

IDÉE :

Dans les deux cas, je vous suggère de prendre des photos chaque jour montrant les différentes étapes de l’évolution des projets.

Vous et vos enfants serez épatés de constater, dans deux semaines, ce que vous aurez accompli et ce sera une belle leçon de vie !

En valorisant la démarche, le cheminement et l’évolution, les progrès réalisés chaque jour, vous enverrai le message que vous n’êtes pas seulement sensible aux résultats ce qui aidera grandement vos enfants tout au long de leur vie.

 

  1. Lire !

Quelle belle occasion de sortir et de mettre à l’honneur les livres de lectures, albums, bande-dessinées, romans…

Hyper stimulés, le plus difficile sera probablement pour eux de se poser pour lire.

Si vous le pouvez, créez une atmosphère propice avec un éclairage adapté, une petite musique douce. Donnez l’exemple en lisant en leur compagnie.

Si vous le pouvez, faites-leur choisir leurs livres.

S’ils ne savent pas lire, faites-leur la lecture ou faites-leur écouter un audio-livre.

Il y a de beaux contenus pour tous les âges disponibles sur la nouvelle application de Radio-Canada https://ici.radio-canada.ca/communication/201/application-ohdio-premiere-musique-balado-radio-canada-audio.

 

  1. Livres de jeux !

Mots mystères, mots croisés, sudoku…

Voilà de quoi capter l’attention, détendre et faire travailler les méninges en même temps.

ASTUCE

Plutôt que de calculer temps pour temps, on peut aussi demander à l’enfant, par exemple, de nous en faire une page avant de nous demander un temps d’écran.

Si on a le temps et qu’on en a envie, on peut faire les jeux avec l’enfant pour répondre à son besoin d’attention ou de temps exclusif.

 

  1. Dessiner, colorier, bricoler ou faire toute autre activité manuelle !

Bien sûr, nous connaissons tous ces activités qui n’ont rien de bien original !

L’idée ici est de planifier et organiser le tout pour favoriser la pratique de l’activité et de faire preuve de créativité.

Par exemple :

. On peut passer un bon moment en famille à tailler les crayons de bois pour nous donner envie de les utiliser.

. On peut aussi en profiter pour demander aux enfants de tester les feutres sur une feuille blanche et les mandater pour décider s’ils passent le test et retournent dans le bac ou s’il doit être mis à la poubelle.

. Si notre enfant aime une activité en particulier et que c’est possible, on peut aménager un espace où il pourra s’y livrer en ayant tout ce dont il a besoin à portée de la main tout en ayant la possibilité de faire une pause et d’y revenir sans avoir à tout ranger à chaque fois.

 

  1. Cuisiner !

C’est un classique qui met parfois la patience des parents à l’épreuve, mais qui a l’avantage de préparer les enfants à la vie adulte et, si on est en mesure de faire preuve d’indulgence, qui peut vraiment donner un bon coup de pouce !

. Râper du fromage

. Peler des carottes, des pommes ou des patates

. Mélanger des ingrédients

. Mettre la table

. Faire la vaisselle…

Sont autant de tâches à partager.

Idées de recettes très faciles à cuisiner :

. La pizza maison que chacun peut assembler à son goût !

. Le fameux jello (Il y en a de toutes les couleurs !

. Le kraft diner (maison ou du commerce)

. Les crêpes

. Les omelettes

. Les grilled cheese

. Les croques-monsieur

. Les crudités et leur trempette ketchup mayonnaise

Etc.

  1. Accomplir des tâches ménagères !

Le plus important, avec les tâches ménagères, est de faire en sorte que les enfants se sentent compétents et en contrôle !

Si je dis à ma fille de faire sa chambre, elle l’interprète à sa façon et il se peut qu’elle stresse devant l’ampleur de la tâche !

Si je lui dis « Prends 5 minutes pour mettre ton linge au lavage », la tâche est bien délimitée ainsi que le temps qui lui est consacré.

Ainsi, elle a beaucoup plus de chance de ne pas voir la tâche comme une montagne et de se sentir compétente.

En plus, il y a de fortes chances qu’elle réalise la tâche en moins de 5 minutes et donc au-delà des attentes ce qui va l’encourager et lui faire voir les choses autrement lorsque je lui demanderai la prochaine tâche. 😊

Chacune des propositions suivantes commence par :

« Prends 5 minutes pour… »

. Faire ton lit

. Ranger tes livres dans la bibliothèque

. Mettre tes mouchoirs à la poubelle

. Vider le bac à vaisselle (ou le lave-vaisselle)

. Mettre la table

. Desservir la table

. Ranger telles choses

. Accrocher ton manteau et ta salopette

. Aller porter le recyclage

Etc.

C’est une phrase qu’on peut aussi appliquer à soi-même si on a l’habitude de trop s’en demander ou de se sentir débordés ou dépassés par tout ce que l’on a à faire.

 

  1. Tableaux de visualisation !

Voici une autre belle idée d’activité à faire sur plusieurs jours !

Sur un grand carton, coller des images qui représente ce que l’enfant aime, les métiers qu’ils aimerait faire, ses animaux préférés, la maison de ses rêves, les pays qu’il aimerait visiter… une fois la crise passée. 😊

On peut imaginer d’autres thèmes !

. Repas préférés

. Faire une mosaïque avec les photos des personnes que l’on aime

. Faire un collage avec des bricolages ou travaux scolaires réalisés l’année dernière ou pendant le primaire, etc.

 

  1. Un petit conseil en terminant…

Enfin, il est toujours bon de nous rappeler que notre stress est contagieux. (Lire le dernier livre du Dr Sonia Lupien, À chacun son stress)

La façon dont nous gérons nous-même la situation et la façon dont nous nous sentons, influence grandement nos enfants, leurs émotions et leurs comportements.

Encore hier soir et ce matin, ma relation avec ma fille était des plus tendue.

Nous avons eu un conflit et elle n’était pas du tout réceptive lorsque j’essayais de le régler. J’ai fini par lâcher le morceau.

J’ai finalement réussi à lâcher prise en attendant un meilleur moment, je me suis plutôt concentrée sur autre chose et presque comme par miracle, son comportement a changé du tout au tout et on a pu s’expliquer calmement.

Comme quoi…

Au cours des deux prochaines semaines, nos nerfs et notre patience seront (très) possiblement mis à l’épreuve, mais avec un bon plan de match et une bonne attitude, je suis certaine que nous en sortiront grandis.

Cela peut aussi être une merveilleuse occasion de passer du temps ensemble sans les obligations et engagements extérieurs habituels.

Ce qui finalement est assez rare. Et donc précieux.

Voilà ! J’espère que vous avez apprécié mon blogue !

À mon tour de vous lire !

Mélanie xx

ps : Dans un esprit de solidarité et histoire de trouver des solutions créatives pendant le congé forcé, j’offre exceptionnellement des consultations individuelles virtuelles à des tarifs préférentiels.

Contactez-moi pour résoudre toute problématique liée à la gestion du temps et des priorités ou si vous désirez profiter du congé pour ralentir ou pour revoir votre style de vie.

Au plaisir !

www.alacourse.ca

 

02

Des reproches ? 5 étapes pour garder son calme !

Vous êtes pris en défaut par un(e) collègue? Votre amoureux(se) vous fait un reproche? Votre enfant vous critique… tout cela alors que vous donnez le meilleur de vous-même ? Au secours ! Que faire pour rester en contrôle?

1- Reconnaître que c’est une source de stress ! 

Votre égo est menacé par cette situation. Il est tout à fait normal que vous puissiez vous sentir stressé(e) puisqu’il s’agit d’un des ingrédients de la recette du stress stressé ! http://www.stresshumain.ca/le-stress/comprendre-son-stress/source-du-stress/. Le reconnaître est déjà un début de solution.

2- Donner à l’autre un accusé de réception

Tu trouves ? Bien reçu ! Je t’entends. Je te reviens là-dessus… Se montrer réceptif c’est donner à l’autre le droit d’être insatisfait ou d’avoir des doléances (et s’accorder le même droit par la même occasion). Cela ne veut pas dire que les reproches, critiques ou autres sont fondées ou totalement fondées… D’où l’importance d’aller à l’Étape 3 avant de réagir.

3- Prendre du recul

Le recul permet d’analyser la situation en toute sécurité. Qu’est-ce que je ressens ? Pourquoi? On se dit les vraies affaires à soi-même pour faire baisser la tension. On peut ensuite procéder à la vérification des faits pour départager le vrai du faux.

C’est rarement tout noir ou tout blanc! On essaie aussi de lire entre les lignes pour découvrir si une formulation maladroite peut cacher des éléments qui méritent notre attention. Si on a besoin d’éclaircissements, on note les questions que l’on posera à notre interlocuteur ou les points que l’on aimerait valider.

4- Qu’est-ce qui m’apparaît juste dans les circonstances ?

Qu’est-ce qui m’apparaît juste à moi, en fonction de mes valeurs. On met en relief ce que l’on voudra expliquer ou faire valoir à l’autre et notre lecture de la situation et qui tient compte des deux points de vue.

5- Le retour 

Une fois notre prise de position claire, à tête (et à coeur) reposée, on peut envisager un retour avec la personne. L’objectif est d’en arriver à un échange qui nous permettra de mieux nous comprendre mutuellement dans le respect de nos différences.

La tension monte à nouveau ?

On reprend les étapes… 🙂

Si les deux sentent qu’ils ont une place dans l’échange… qu’ils peuvent s’exprimer ET être écoutés… il y a de fortes chances que cela se termine par un renforcement du lien… Ça vaut la peine, non ?

Qu’en pensez-vous ?

Mélanie

xx

03

14 pistes pour mieux s’aimer !

Nous avons tous et toutes BESOIN d’amour. Cet article parle de l’amour sous toutes ses formes… alors que vous soyez seul(e), en couple, que vous ayez des enfants ou pas ou que vous soyez jeune ou vieux n’a aucune importance! Que vous soyez né(e) au Québec, en Tanzanie ou en Russie non plus puisque l’amour est universel.

Oui! L’amour existe sur les médias sociaux!

Pour laisser entrer l’amour dans votre coeur chaque jour je vous invite à aimer la page du https://www.facebook.com/DalaiLama ou à le suivre sur twitter dalailama.com . Les paroles,du Dalaï Lama sont empreintes de sagesse et de bienveillance et sont une source inépuisable d’inspiration en plus de donner foi en l’humanité. C’est mon antidote contre les mauvaises nouvelles. Oui, bien sûr que le mal existe… mais le bien aussi!

Choisir l’amour!

Nicole Bordeleau http://www.nicolebordeleau.com/ parle souvent du choix que nous avons entre l’amour et la peur. Lorsqu’une situation désagréable ou perçue comme menaçante survient, la peur peut surgir. Si nous la laissons nous guider, notre réaction risque d’en être une de repli sur soi, de rejet de l’autre, d’agressivité. Si on respire et que l’on choisit de plutôt se laisser guider par l’amour, l’ouverture nous offre de nouvelles perspectives pour gérer la situation et pour agir de façon plus positive.

Exemple :

Mon enfant a soudain des problèmes de comportements à l’école. Si je me laisse guider par la peur, je risque de me montrer plus dure, plus rigide avec lui et de le braquer contre moi, altérant ainsi mon lien avec lui. Évidemment, je n’aime pas la situation. Mais si je me laisse guider par l’amour, je saisirai l’occasion de m’ouvrir à mon enfant pour mieux le comprendre, le connaître et lui offrir des outils (souvent grâce à une aide extérieure) qui lui seront utiles toute sa vie.

Admettre que nous portons tous des lunettes de différentes couleurs!

Lorsque nous sommes en relation avec quelqu’un, qu’il s’agisse d’un amoureux ou d’une amoureuse, d’un parent, d’un collègue ou d’un inconnu, il est bon de garder à l’esprit que bien que nous sommes tous des humains qui avons énormément de choses en communs, nous ne pouvons tout simplement pas toujours et en toutes circonstances voir les choses de la même façon.

C’est un peu comme si nous portions des verres fumés de différentes teintes. Nous voyons les mêmes personnes dans la salle, mais notre façon de les percevoir est pleine de nuances. Prendre conscience de cette réalité peut éviter bien des conflits et démontre l’importance de prendre le temps de communiquer pour comprendre la vision de l’autre et lui faire comprendre la nôtre. Il ne s’agit pas nécessairement d’adhérer à la vision de l’autre, mais simplement d’accepter qu’elle puisse être différente et la respecter comme étant sienne. Se sentir respecté(e) est aussi très apaisant. Lorsque c’est mutuel, cela apporte aussi beaucoup de paix.

S’aimer aussi lorsque l’on se sent vulnérable!

S’aimer lorsque l’on est en pleine possession de nos moyens, que nous performons et filons le parfait bonheur est relativement facile. Mais comment faire lorsque rien de va plus et que l’on se sent faible, vulnérable, mauvais(e), incompétent(e)… Ouf! C’est pas mal plus difficile, non? Un peu comme la poussière que l’on balaierait sous le tapis, ces parties de nous-mêmes méritent pourtant notre attention et, éventuellement, notre amour et notre pardon.

C’est dans ces moments que j’appelle Brene à la rescousse! https://brenebrown.com/. Elle nous permet, je trouve, d’apprivoiser nos zones d’ombres en toute confiance et de voir l’énorme potentiel qu’il y a à nous en occuper.

Reconnaître et être reconnu! 

La reconnaissance ne doit pas avoir lieu seulement les soirs de gala! La reconnaissance c’est d’abord de se voir, dans le quotidien et de voir l’autre!

Vous êtes au supermarché. Le moment est venu de passer à la caisse. Il y a de longues files d’attente. Vous êtes pressés. Votre tour arrive enfin. La caissière vous dis bonjour. Vous la saluez en retour et lui adressez votre plus beau sourire. Ouf! Elle respire mieux. Les battements de son coeur ralentissent un peu.

Vous venez de la reconnaître dans sa réalité. Vous avez compris qu’elle est débordée et qu’elle doit faire face au mécontentement des clients, à la pression. Elle vous dit alors qu’elle est désolée pour le temps d’attente. Et vous vous sentez reconnu(e) à votre tour dans votre désir, comme client, d’être servi plus rapidement. Bref, vous vous êtes mutuellement épaulé(e)s pour faire baisser la tension générée par la situation.

À l’inverse, vous auriez pu ignorer son bonjour, garder les yeux rivés sur votre téléphone. La Caissière aurait pu se montrer désagréable et vous auriez pu sortir de l’expérience triste ou fâché. La clé de la reconnaissance est de savoir se montrer empathique et d’être attentif à l’autre autant qu’à soi. Dans les petites comme dans les grandes choses.

Aimer son stress!

Le Dr Sonia Lupien m’a beaucoup aidée à modifier ma vision et ma gestion du stress. Grâce aux travaux du http://www.stresshumain.ca/ nous comprenons beaucoup mieux, maintenant, le rôle du stress et nous pouvons bénéficier d’une foule de stratégies pour l’apprivoiser et en faire un allié. Si vous ne l’avez pas déjà, je vous recommande fortement la lecture de son livre https://editionsaucarre.com/produit/par-amour-du-stress-sonia-lupien/. Cela peut aussi être une très belle idée cadeau pour la St-Valentin.

Bien se nourrir!

Prendre soin de son corps et de son esprit en faisant de bons choix alimentaires est une belle façon de s’aimer au quotidien. Après tout, on mange au moins trois fois par jour! J’aime beaucoup cette source lorsque j’ai des questions sur la nutrition http://www.extenso.org/ mais le plus important pour moi est de me servir de la période des repas pour passer du temps avec des personnes qui me sont chères. Membres de la familles, amis, partenaires d’affaires… Le moment des repas est un moment d’intimité, d’échange et de partage nourrissant sur plus d’un plan!

Voilà!

Oui… je sais… Ça fait 7 pistes… pas 14 🙂 J’ai fais la moitié du chemin! Je vous passe le flambeau pour me rejoindre à mi-chemin!

Allez-y de vos idées, pistes et commentaires sur la publications facebook! Ils pourraient servir à bonifier ce blogue ! Qu’en dites-vous ?

Bonne Saint-Valentin!

Mélanie xx

 

coordonnées

438 403 1843
info@alacourse.ca

Partagez ce site :

adresse

370, boul. Nobert (suite 240)
Longueuil, QC J4J 2Z3